Cochard P.O., Stauth S. : Aspects climatiques et biogéographiques de la commune de Camembert

Les curieux auront été surpris de constater, en cliquant sur le lien les envoyant au sommaire complet de cette publication (sommaire "officiel" de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l'université de Caen), que les auteurs de ce travail sont différents : Y. Petit-Berghem et P.-O. Cochard.

Quels sont les faits ?

La commune de Camembert a fait l'objet d'études pluridisciplinaires, réalisées notamment par les étudiants de DEA de géographie, dont je faisais partie, ainsi que Séverine Stauth. Séverine a réalisé un important travail d'inventaire et de recherche écologique sur les Bryophytes de cette commune, tandis que de mon côté je réalisais une approche biogégraphique plus globale. Ces deux travaux, ainsi que ceux de tous les autres étudiants ayant participé, ont été rendus sous forme de mémoires comptant pour une part importante du cursus du DEA.

Apparemment, mon rapport d'étude était intéressant, puisqu'un des enseignants du pôle de géographie rurale de l'université de Caen a proposé qu'il fasse partie des articles dans une future publication spécialement consacrée à Camembert.

Yves Petit-Berghem, fraîchement arrivé comme jeune Maître de Conférence en géographie à l'université de Caen à la même période, a t chargé de remettre en forme mon travail.

Ayant quitté la région de Caen pendant cette période, je n'ai pu découvrir que quelques années plus tard l'article publié :

79,5% (de la page 105 118, puis p. 123), au minimum, de l'article est la reprise mot pour mot de mon mémoire d'étudiant, y compris les shémas et le titre de l'article, qui n'est d'autre que le titre de mon mémoire.
Ajoutés la suite (du bas de la page 118 la page 122), 19,5% sont des extraits du travail de Séverine sur les Bryophytes
Moins de 1% du contenu de cet article a fait l'objet de modifications, qui consistent en :
des corrections de langage (phrases modifiées, donnant parfois un sens faux à des données biologiques dans le rapport !),
2 notes de bas de page,
quelques ajouts bibliographiques (un peu hors-sujet d'ailleurs et liés aux notes de bas de page), dont deux références non citées dans le texte,
la disparition des noms d'auteurs des photographies (un certain nombre de photographies intégrées dans mon Mémoire provenait de la diapothèque de l'Association Faune Flore de l'Orne), mais aussi de la référence bibliographique Aspect climatologique du département de l'Orne alors que tous les éléments climatiques cités dans l'article en sont extraits,
la mise à l'envers d'une photographie...


Voila donc pourquoi je profite de ce site internet pour rétablir les faits en présentant, dans ma bibliographie, cette référence avec comme auteurs P.O. Cochard et S. Stauth et non sous la forme mensongère présentée officiellement dans cette publication.

Et alors ?

La signature d'Y. Petit-Berghem, qui plus est en tant que premier auteur, est donc bien sûr totalement injustifiée et mérite le qualificatif de plagiat. Rappelons que, même s'il s'est consacré au travail ingrat de mise en page et remise en forme de mon travail, et de celui de Séverine, il n'a apporté aucune idée originale cette publication.

Loin de moi l'idée d'accuser Y. Petit-Berghem de malhonnêteté intellectuelle. Il aura sûrement été très gêné en découvrant cette grossière erreur, au point que le jour où il m'a remis très gentiment quelques tirés--part de cette publication, il n'a pas osé en toucher un mot et s'est éclipsé trop rapidement. Mais force est de constater que quelque chose de grave s'est produit un moment ou un autre lors du processus.

La Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH), et donc l'Université de Caen, par l'intermédiaire des laboratoires de recherche ayant dirigé cette étude sur Camembert, ont bafoué l'œuvre d'étudiants. Je ne sais d'où vient cette erreur d'attribution de paternité de cet article, si elle est volontaire ou pas, et qui en est à l'origine (je n'ai pas eu l'occasion de revoir Y. Petit-Berghem, mais nul doute que je lui en toucherai deux mots à la prochaine occasion), mais utiliser le mot négligence semble être un euphémisme.

En effet, la MRSH, qui a publié cet ouvrage spécialement dédié Camembert, est un pôle qui rassemble pas moins de 24 équipes de recherches dans des domaines variés. Beaucoup de ces équipes, sinon toutes, sont membres d'UMR du CNRS (par exemple Y. Petit-Berghem est dans l'équipe de recherche GEOPHEN, qui fait partie de l'UMR 6554 du CNRS (laboratoire Géophen). La MRSH est aussi membre associé de l'UMR 4181 du CNRS (Laboratoire Géographie des milieux anthropisés)

Or, comme tout groupe relevant du CNRS, la MRSH et ses équipes sont censées respecter un minimum l'éthique de leur profession, telle que vous pouvez la trouver par exemple dans les Cahiers du Comité d'Éthique pour les Sciences - COMETS

En voici des extraits :

L'objectif majeur du CNRS est de développer la création scientifique. (...)

Le Comité d'Ethique pour les Sciences rappelle notamment les principes suivants :

Accueil Fougères d'Australie Curriculum vitae Pierre-Olivier Cochard Publications Pierre-Olivier Cochard
 

Valid XHTML 1.0! Top